14 décembre 2016

Vendanges 2016 - le bilan

C'est un très beau millésime qui s'annonce grâce à des conditions climatiques idéales jusqu'à la fin des récoltes. Le Grenache a particulièrement bénéficié des chaleurs estivales. Si les volumes seront par endroit inférieurs à 2015, les vins rouges s'annoncent généreux et colorés. Les rosés & blancs seront aromatiques, équilibrés et frais.

Des conditions climatiques idéales jusqu'à la fin des vendanges

Après un hiver doux et sec, un printemps sans gel puis un été chaud, les récoltes ont commencé avec un peu de retard par rapport à l'an dernier : fin août/début septembre pour les cépages blancs et rosés. Les conditions météo pendant les vendanges - chaleur le jour, fraîcheur la nuit et quelques pluies à mi-récolte - ont permis une fin de mûrissement sans stress sur les cépages rouges. L'état sanitaire des raisins était excellent sur l'ensemble des appellations.

Domaine de Longue Toque : des maturités parfaites

"Nous avons passé beaucoup de temps dans les vignes pour veiller à l'évolution des maturités et récolter dans les meilleures conditions" explique Antoine, Directeur des Vignobles & des Achats Vins. "Le manque d'eau a été particulièrement notable sur le Plan de Dieu, surtout sur nos Syrahs. Malgré cela, il n'y a pas eu de blocage de maturité. L'équilibre entre maturité technologique (sucres/acidité) et phénolique (tanins/anthocyanes) a été rapidement atteint. Nous avons rentré des raisins d'une concentration exceptionnelle avec des couleurs particulièrement intenses. Sur Gigondas et Vacqueyras, où l'âge des vignes, l'altitude, l'orientation des parcelles et la composition des sols sont variés, les vignes ont mieux supporté le manque d'eau. Sans compter qu'un épisode pluvieux mi-septembre a permis de parfaire les maturités." Les rendements sont inférieurs à 2015 mais les premiers jus montrent là aussi une intensité remarquable en terme de couleur, d'arôme et de structure."

Château Grand Escalion : un millésime stressant mais de belle facture

Sur notre Domaine en Costières de Nîmes, "le manque d'eau s'est fait sentir dès le début du printemps" explique Nicolas, Responsable des Vignobles. "Si nos cépages méditerranéens ont bien supporté ce stress hydrique, la conséquence première est la baisse de rendement. Les rosés ont été récoltés à partir du 31 août. Nous avons choisi de ne travailler qu'en pressurage direct et par gravité afin de limiter au maximum la trituration des raisins. Les moûts préservent ainsi mieux tout leur potentiel aromatique. Le futur assemblage de notre rosé 2016 s'annonce gourmand et tout en rondeur. La récolte des rouges a été une course contre la montre car les cépages arrivaient à maturité en même temps ! L'état sanitaire était vraiment superbe. Point important cette année, la vinification s'est faite par parcelle plutôt que par cépage, ce qui nous permet de mieux comprendre le fonctionnement du couple cépage/sol."

Vallée du Rhône : un millésime solaire

Véronique, Chef Winemaker de la Maison, confirme la très belle qualité du millésime, du nord au sud : "par rapport à 2015 qui était déjà un très beau millésime, 2016 s'annonce comme encore plus structuré, plus solaire. Chez nos partenaires de la Vallée du Rhône septentrionale, les structures sont bien présentes avec des arômes très purs et une profondeur incroyable. Au sud, les blancs sont tout aussi expressifs que les rouge. Le potentiel est superbe !"

Languedoc & Provence

En Provence, les vendanges ont débuté vers le 30 août dans le secteur de la Sainte Victoire, terroir de notre cuvée "GM par Gabriel Meffre". Les couleurs sont délicates, brillantes et les arômes de fruit bien présents avec une jolie fraîcheur finale. "En Languedoc, nos partenaires vignerons ont heureusement été épargnés par les caprices de la météo. Sur les blancs, on constate une palette aromatique large, reflet des différences de maturité d'un secteur à l'autre. Les rosés se dégustent comme une friandise tellement ils sont gourmands et aromatiques. Les rouges, plus particulièrement la Syrah, ont souffert du manque d'eau et les rendements nettement en baisse reflètent bien cette réalité. La qualité est en revanche bien au rendez-vous" conclut Véronique