Quels vins pour accompagner coquillages & crustacés ?

Gabriel Meffre vous conseille pour choisir les vins à déguster avec coquillages et crustacés.

Cap sur un accord classique !

Huîtres, coques, bulots, moules… Disposés sur la glace pilée d’un plateau, ces coquillages fleurent bon les beaux jours et l’air marin. Pour les accompagner, nous suggérons notre Sauvignon blanc 2018, Fat Bastard

 

Issu de vignes cultivées entre Pyrénées et Océan Atlantique, dans une grande diversité de sols et de climats, il s’avère idéal pour se prêter au jeu d’un accord minéral. Récolté à maturité aux heures fraîches de la journée, il est ensuite élevé sur lies pour atteindre un équilibre entre acidité et corpulence. 

 

Puissance et légèreté se croisent et s’harmonisent, pour faire de ce Côtes de Gascogne un vin élégant à la finale plutôt ronde. Vif et d’une grande fraîcheur, servi à une température de 10 degrés maximum, il met en valeur la chair iodée des coquillages. Ses notes acidulées de pamplemousse et de fruits exotiques relèvent la douceur en bouche de ces savoureux mollusques.

 

 

Sur les flots d’un accord chic

Prenez le large et laissez vous guider vers des crustacés haut de gamme, tels le homard, le crabe, la langouste ou langoustine ! Le Côtes du Rhône blanc Laurus 2017 saura alors être à la hauteur de vos exigences de gourmet.

Laurus, signifiant “laurier” en latin était le symbole d'excellence chez les Romains et se traduit dans ce vin par la qualité de parcelles sélectionnées pour le produire. Grâce à la diversité de leurs sols, finesse, fraîcheur, élégance et opulence dialoguent dans ce Côtes du Rhône.

 

Son élevage de 7 mois en fût de chêne en fait un vin de caractère. La richesse de ses cépages (Viognier, Grenache, Roussanne, Marsanne, Bourboulenc, Clairette) lui confère la complexité nécessaire aux vins raffinés.

Son profil rond et gourmand répond à la chair sucrée des crustacés.

Le Wine Spectator, en mars 2019, le qualifie ainsi :

“Nez ouvert sur des notes de melon, de pomme jaune et de beurre salé. Bouche ronde et onctueuse. Il révèle un soupçon d’amande sur la finale.”

Il a également en lui un côté exotique s’harmonisant particulièrement bien avec la saveur légèrement épicée et safranée du homard.

Nous vous conseillons de le servir entre 10 et 12 degrés pour profiter de toute la richesse de ses arômes.

 

 

Accord moderne à l’horizon

La cuvée amoureuse, Château du Grand Escalion, le vin rosé de gastronomie de la Maison Gabriel Meffre

Le vin blanc n’est pas le seul à pouvoir accompagner avec brio les mets issus de la pêche. Pour explorer de nouveaux territoires gourmands, le Château Grand Escalion, Costières de Nîmes rosé “Amoureuse” 2018 se révèle à sa place aux côtés de crevettes et gambas, ou de poissons comme la rascasse ou le rouget.

 

 

Issu d’une viticulture raisonnée, il est composé de 80 % de cépages rouges (Grenache, Syrah) et 20 % de cépages blancs (Vermentino, Roussane, Grenache blanc). Il en résulte un vin rosé de gastronomie très élégant, à la belle vivacité. 

 

Servi autour de 10°C, ses arômes de fruits rouges frais se révèlent pleinement et se marient notamment très bien avec des salades d’été à base de crevettes, pamplemousse, avocat et coriandre. Ample et rond en bouche, sa finale est longue et voluptueuse ; par un jeu de contraste, il met en valeur la saveur corsée et salée de l’anchois dans une salade niçoise par exemple. Et pour les plus aventuriers, essayez les seiches à la plancha avec une pincée de piment d’Espelette !

 

 

Si ces accords aux tonalités d’embruns vous ont mis l’eau à la bouche, découvrez d’autres suggestions gustatives dans nos articles Quels vins choisir pour l’été ? et Les vins rouges sur les tables d'été

 

 
 
 

Découvrez les derniers articles du webmagazine